L'élixir de jeunesse d'une étoile est… une autre étoile !

Publié le par WebMarmotte

     Depuis 55 ans déjà les astronomes connaissent les Blue Stragglers (Traînardes Bleues en français). Ce sont des étoiles très massives qui paraissent jeunes mais que l'on trouve dans des amas globulaires de plusieurs milliards d'années. La théorie qui prévaut aujourd'hui pour expliquer ce phénomène est celle de la fusion de deux étoiles d'un système binaire.

    On sait que plus une étoile est massive, plus elle brille mais elle brûle aussi beaucoup plus vite ses réserves et dure ainsi moins longtemps qu'une étoile moindre. Les étoiles qui paraissent avoir une couleur bleue à l'observation ont une masse supérieure ou égale à 10 masses solaires. Elles sont surtout situées dans les amas ouverts, véritables berceaux d'étoiles, et ne vivent pas plus de 100 millions d'années.
    Le problème, c'est que des étoiles bleues, donc a priori jeunes, ont été découvertes dans l'amas globulaire M3, âgé de plus de 10 milliards d'années. Or les amas globulaires ne sont pas connus pour leur "instinct maternel" en matière de production d'étoiles. Qu'en est-il alors de ces étoiles bleues : les Blue Stragglers (ou BSS)?

On connaît 21 blue stragglers dans l'amas globulaire 47 Tucanae qui contient plusieurs millions d'étoiles dans un volume sphèrique de 120 années-lumière de diamètre seulement. L'âge de ces étoiles est de 13,5 +/- 2 milliards d'années.
Crédit : M. Shara (STScI), R.A. Safer (Villanova), M. Livio (STScI), WFPC2, HST, NASA


    La majorité des étoiles vivent en système binaire, et la densité stellaire d'un amas globulaire est immense. La théorie de la collision de deux étoiles vieilles qui donnent alors une "jeune" revient donc à la charge.
Les propriétés des BSS ont été étudiées dans un échantillon de 56 amas globulaires, chacun ayant une population allant de 100 000 à un million d'étoiles : la conlusion est que plus  le cœur d'un amas est massif, plus il contient de systèmes binaires et de BSS par la même occasion.

Les Blue Stragglers sont nettement visibles sur cette image de l'amas globulaire NGC 6397 à 6.000 années-lumière.
Crédit : J.F. Sepinsky, et al. (Villanova University), NASA


   C'est donc pour l'instant la théorie de la fusion de deux étoiles d'un système binaire qui prend le dessus, même s'il ne faut pas négliger l'influence possible sur la fusion du passage proche d'une troisième étoile.
Mais les astronomes et atrophysiciens continuent d'étudier avec attention les BSS et nous devrions donc en savoir plus dans les prochaines années…

Publié dans Univers

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article