L'énigme de la conductivité du manteau terrestre résolue?

Publié le par WebMarmotte

    Le manteau terrestre supérieur restait en partie une énigme jusqu'à aujourd'hui. En effet les géophysiciens et géochimistes avaient remarqué une très forte conductivité, malgré le fait qu'il soit composé surtout de péridotites, riches en olivine qui est un très bon isolant. La question se posait donc: comment le manteau pouvait-il être aussi conducteur en étant constitué d'un isolant?
   C'est ce à quoi un groupe de chercheurs de l'Université de Palerme et de l'Institut des Sciences de la Terre d'Orléans ont répondu. Ils se sont basés sur des observations du volcan africain l'Oldoinyo Lengaï (Tanzanie) et ont déterminé que le manteau contiendrait des carbonates liquides très conducteurs.
   Depuis un certain temps déjà, les scientifiques supposaient que d'importantes quantités de carbone s'étaient accumulées dans le manteau tout au long de l'évolution de la Terre, soit quelques 4,5 milliards d'années. La véritable question était celle de la fome sous laquelle ce carbone se serait accumulé. On parle bien sûr des diamants enfouis dans notre chère planète, mais est-ce suffisant pour démontrer l'importante conductivité du manteau? Non bien sûr, et c'est bien pourquoi les géologues se posaient cette question.
   Les laves sortant de l'Oldoinyo Lengaï sont constituées de carbonatites très fluides, dont des échantillons ont été étudiés en laboratoire par les chercheurs de l'Institut des Sciences de la Terre d'Orléans, et ont révélé une conductivité mille fois supérieure à celle du basalte, supposé être le conducteur du manteau. Ce résultat impressionnant suffit à expliquer la conductivité du manteau terrestre.

Les carbonatites fluides du Lengaï. Crédit : Patrice VisieloffLes carbonatites fluides du Lengaï. Crédit : Patrice Visieloff

   Les conclusions des chercheurs sont claires: un important réservoir de carbone existe bien dans le manteau supérieur, et il représente entre 0,003% et 0,025% de son volume. De plus les carbonates influent sur la viscosité du manteau et donc, indirectement sur la tectonique des plaques.

Publié dans Terre - Environnement

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article